Le Chenal de la Cayenne

La Cayenne est le nom donné au long chenal et au port situés sur la Seudre à l’extrémité de « l’acheneau » (chenal en Charentais) de Marennes.

Du centre de Marennes, il suffit de suivre les panneaux « La Cayenne ». La Cayenne est le nom donné au long chenal et au port situé sur la Seudre à l’extrémité du chenal

Le chenal de La Cayenne, appelé également «chenal de Marennes», s’étire sur une longueur totale de quatre kilomètres ce qui en fait la plus longue des acheneaux du bassin de Marennes Oléron . Il se trouve dans le prolongement du canal Charente – Seudre autrement appelé canal de « La Bridoire ». De plus, il est pourvu d’un système d’écluses pour empêcher son envasement depuis leur jonction en 1862.  Ce chenal, au tracé rectiligne, fait davantage penser à un «canal maritime», qu’à une acheneaux proprement dit qui, par définition, se forme naturellement suivant le tracé des prises sans l’intervention humaine.

Ce long chenal, issu d’une ancienne prise aménagée dès l’Antiquité gallo-romaine est entretenu à l’époque médiévale, puis canalisé dès la fin du xve siècle, débouche directement sur la rive droite de la Seudre et accède au port proprement dit de La Cayenne. Ce dernier doit son nom aux petites cabanes construites originellement au bord du fleuve.

Jalonné de bornes de hallages, ces dernières sont les témoins de l’importance du trafic maritime autour du sel et de l’étain jadis.

Bien qu’il soit utilisé par de nombreux plaisanciers qui remontent ou descendent son cours pour parvenir ou quitter le port de plaisance en amont, ce chenal est toujours animé par l’activité ostréicole, ce qui lui confère ainsi qu’à son port ostréicole en aval (le port de La Cayenne) une touche pittoresque et touristique , une impression d’ailleurs renforcée par la création de la Cité de l’Huître en 2006 qui accueille chaque année 30 000 visiteurs.

Tout le long du chenal qui va du port de plaisance de Marennes jusqu’à l’ancien embarcadère sur la Seudre, pour rejoindre la « grève » au port de La Tremblade, de nombreux restaurants et établissements ostréicoles se sont établis sur la rive gauche et proposent aujourd’hui des plateaux de fruit de mers de qualité et de la vente d’huîtres et crustacés au détail à consommer sur place, à emporter ou sur commandes, alors que sur la rive droite s’étendent des « claires » à huîtres construites sur d’anciens marais salants.

Le port et le chenal sont toujours animés par l’activité des professionnels du monde ostréicole, ce sont aussi des lieux idéaux pour découvrir le monde passionnant de l’ostréiculture à pied ou en vélos en toutes saisons.

Le chenal de la Cayenne Visuel chenal 7
Partagez !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    − 5 = quatre

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>